Contenu des eaux usées

Pourquoi un RAD?

Le RAD part d’une constatation simple : les eaux usées contiennent différentes fractions aux caractéristiques différentes : les eaux grises  et les eaux noires.  Ces fractions, mélangées, sont trop souvent gérées comme des déchets.  Nous pensons que des méthodes alternatives doivent être promues (voir document de Vision)

Analyse du contenu des eaux usées domestiques

analyse du contenu des eaux usées domestiques
analyse du contenu des eaux usées domestiques

schéma toiletteLes eaux noires (EN) : une source d’éléments fertilisants !

Les eaux « noires proviennent des toilettes à chasse d’eau (WC).  Elles sont constituées principalement des matières fécales, des urines, de papier toilette et d’eau de rinçage. Cette fraction concentre environs 50% du carbone, et la quasi-totalité des pathogènes et des éléments fertilisants (azote, phosphore) présents dans les eaux usées : Selon l’OMS (1), près de 90% de l’azote (N) et du potassium (K) et plus de 80% du phosphore (P).  Ces éléments, essentiels à la production agricole,  sont encore trop souvent considérés comme des polluants, et gérés comme tels.  Trop souvent évacués, même après traitement (en dessous de 10.000 EH (2), les stations ne sont pas légalement tenues de traiter l’azote et le phosphore), ces nutriments sont susceptibles de participer à l’eutrophisation des cours d’eau et/ou à l’augmentation du taux de nitrates dans les masses d’eau souterraines(3).

Toujours selon l’OMS, le contenu des lisiers humains en N et P correspond respectivement à un tiers et à 22% de la consommation mondiale d’engrais minéraux en N et P. En théorie, un adulte excrète les nutriments nécessaires à la production de sa nourriture. La revalorisation de ces engrais est un aspect d’une production agricole plus durable.

Que ce soit via l’utilisation de fosses à vidanger, ou l’utilisation de toilettes sèches, la gestion sélective des eaux usées peut faciliter la valorisation agricole des éléments fertilisants, et prévenir des pollutions.  L’usage de toilettes sèches permet en outre une réduction de la consommation d’eau (4).

En France, le nombre estimé de foyers équipés de toilettes sèches est estimé entre 3000 et 6000(5), totalisant entre 10 000 et 24 000 utilisateurs.  En Allemagne, le nombre de toilettes sèches individuelles installées dans des jardins familiaux est estimé à environs 30.000(6).  Environ 180 appartements sont équipés de toilettes sèches à gros volumes. Ces habitations font partie de lotissements écologiques et sont installées dans des immeubles de 2 à 4 étages.  En Suède, les toilettes à séparation d’urine sont largement répandues(7).  On estime a environs 135.000 le nombre de systèmes à séparation d’urine actuellement opérationnels en Suède(8).

 

douches Les eaux grises ou eaux ménagères (EG) : peu contaminées, faciles à traiter !

Les eaux grises sont constituées de l’ensemble des eaux usées générées (eaux de cuisine, de salle de bain, éviers, etc.), à l’exception des eaux noires (=eaux issues des toilettes). Elles représentent environs 70% du volume total des eaux usées, mais seulement 10% et 20% des charges en azote et phosphore, et environs 50% de la charge en carbone.

Les traitements sélectifs des eaux usées permettent de réduire significativement les rejets vers les masses d’eau : en retirant les polluants/ressources issues de toilettes, les eaux usées restantes (les eaux grises) peuvent être traitées de manière simplifiée, par des techniques non énergivores extensives, et ce sur de faibles surfaces.

—–

Notes
(1) World Health Organization, 2006.  Guidelines for the safe use of wastewater, excreta and greywater.  Volume 4 : Excreta and greywater use in agriculture. (retour au texte1)
(2) EH = Equivalent habitant, mesure de la charge de polluants contenus dans les eaux rapportée au nombre d’habitant qu’elle représente.
(3)  L’infiltration a généralement lieu en profondeur, dans une zone où le prélèvement racinaire et l’activité biologique sont (très) faibles.

(4)  On estime généralement qu’environs 30% de la consommation d’eau potable d’un ménage sert à l’évacuation des toilettes.

(5)  Estimation réalisée par l’asbl Toilettes du Monde (2010, p.44) sur base de l’étude réalisée par l’asbl Empreinte, disponible à l’adresse suivante :  http://www.habitat-ecologique.org/doc/100202_ETS.pdf

(6)  Chiffre cite par l’asbl Toilettes du Monde (2010, p.52)

(7)  Dans la commune de Tanum (Suède), l’installation de toilettes innovantes est obligatoire pour toute nouvelle construction. Les toilettes classiques à chasse d’eau ne peuvent plus y être installées depuis 2002. Voir le site officiel de la commune : www.tanum.se

(8)  Toilettes du Monde (2010)